NOTRE AVIS :

Investissement à long terme : Achat fort

Spéculation : Neutre

Retrouvez le Powerpoint associé en cliquant sur :  PPT Analyse-BNP-Paribas

I.            A propos de BNP Paribas

BNP Paribas est une banque de premier plan en Europe avec un rayonnement international. Elle est présente dans 75 pays, avec plus de 189 000 collaborateurs, dont plus de  146 000 en Europe. Le Groupe détient des positions clés dans ses trois grands domaines d’activité : Domestic Markets et International Financial Services, dont les réseaux de banques de détail et les services financiers sont regroupés dans Retail Banking & Services, et Corporate & Institutional Banking, centré sur les clientèles Entreprises et Institutionnels. Le Groupe accompagne l’ensemble de ses clients (particuliers, associations, entrepreneurs, PME, grandes entreprises et institutionnels) pour les aider à réaliser leurs projets en leur proposant des services de financement, d’investissement, d’épargne et de protection.  En Europe, le Groupe a quatre marchés domestiques (la Belgique, la France, l’Italie et le Luxembourg) et BNP Paribas Personal Finance est numéro un du crédit aux particuliers. BNP Paribas développe également son modèle intégré de banque de détail dans les pays du bassin méditerranéen, en Turquie, en Europe de l’Est et a un réseau important dans l’Ouest des Etats-Unis. Dans ses activités Corporate & Institutional Banking et International Financial Services, BNP Paribas bénéficie d’un leadership en Europe, d’une forte présence dans les Amériques, ainsi que d’un dispositif solide et en forte croissance en Asie-Pacifique.

   II.            Analyse des états financiers

Capture

Capture

  • Une amélioration du résultat net part du Groupe de +15% entre 2015 et 2016 qui s’explique principalement par la maitrise des coûts du risque. (un poste très important qui reflète la bonne gestion d’actifs de la banque).
Ratios de valorisation
Cours/Bénéfices (PER) TTM 10,19 9,01
Cours/Ventes TTM 0,88 1,01
Cours/Flux de trésorerie MRQ 3,15 3,19
Cours/Flux de trésorerie disponible TTM 3,15 3,7
Cours/Valeur comptable MRQ 0,76 0,6
Cours/Valeur nette comptable MRQ 0,87 0,69

 

  • Les grandes banques françaises sont décotées par rapport à la valeur de leurs fonds propres,
  • Le PER de l’action est dans la norme du secteur, l’action n’est pas chère.
  • Il y aurait potentiellement une hausse du cours de BNP Paribas, car on voit une sous évaluation du cours par rapport à la valeur comptable..

La banque a déjà atteint ses objectifs de son précédent plan (2014-2016) notamment en croissance et en solidité financière. Mais le seul point négatif c’est qu’il y a eu une légère augmentation de son coefficient d’exploitation de 0.8 point, alors que son objectif était une baisse de 3 points.

III.            Secteur d’activité & étude de marché

Capture

Depuis la crise financière de 2008 :

  • Il y a eu un durcissement de la réglementation bancaire après la crise de 2008 qui a davantage pénalisé les banques européennes.
  • Renforcement des fonds propres au détriment de leur rentabilité.
  • En moyenne, la rentabilité potentielle des banques européennes a été divisée par 2 après la crise de 2008. Et le cours a été divisé par 4. (Selon des calculs faits par Lazard Frères Gestion).
  • Une sous-valorisation des titres bancaires qui devrait s’ajuster au cours de cette année.

Capture

Eté  2016 :

  • 23 juin : Le vote pour le Brexit : la valorisation des banques françaises touchent le fond. Le cours de BNP Paribas perd environ 23% de sa valeur entre le 23 et le 27 juin.
  • Le cours est très sensible aux évènements géopolitiques.
  • Dégradation excessive des estimations de profits.

Novembre 2016 :

  • Un regain d’optimise et d’espoir après l’élection de Trump héraut de la dérégulation.

Décembre 2016 :

  • La Fed relance ses taux : la 2e fois depuis la crise.

Mars 2017 :

  • La Fed relance encore une fois ses taux et promet 2 autres hausses au cours de l’année 2017.
  • L’environnement économique s’améliore avec une petite croissance en Europe. Le taux d’inflation rebondit et s’approche des 2% (objectif de la BCE) pour un glissement sur une année, mais il reste conditionné par la fluctuation du prix du pétrole.
  • Mario Draghi (Président de la BCE): pas de modification de taux mais le «QE» (Quantitative Easing), sera réduit à partir du mois d’avril, à 60 milliards d’euros par mois, contre 80 milliards.
  • Les perspectives des hausses des taux d’intérêt représentent une chance pour les valeurs bancaires.
    • Point négatif : il faut noter que, pour les banques françaises, les bénéfices liés à la hausse des taux ne seront pas immédiats vu que l’essentiel des crédits est octroyé à des taux fixes (contrairement à l’Espagne , l’Italie ou les États-Unis où les crédits sont à des taux variables ) .
    • Point positif : la bourse a toujours un temps d’avance, et la performance des valeurs bancaires devrait s’aligner avec les hausses des taux d’intérêt puisque selon Joffrey Ouafqa, d’Auris IM « la corrélation des actions des banques françaises avec les taux en zone euro est très forte».

Les risques :

  • Risque juridique : le risque d’amende pour les banques (toujours présent).
  • Risque politique : Après l’élection « inattendue » de Trump aux Etats-Unis, les investisseurs américains craignent l’élection de Marine Le Pen et la mise en œuvre de son plan d’une sortie de la France de la zone euro.

 IV.            Solvabilité et évolution de la législation du secteur et la conformité de l’entreprise

Les accords de Bâle III publiés en 2010 et dont les premières mesures sont entrées en vigueur dès le 1/01/2013, renforcent la réglementation qui pèse sur les banques. Les changements à noter sont :

  • Un nouveau ratio de liquidité pour faire face à un assèchement du marché interbancaire.
  • Un ratio d’effet de levier (CP / Dette >3%).
  • Un renforcement des exigences de solvabilité en redéfinissant les CP notamment le Core Tiers 1, et son harmonisation entre les pays. (Relèvement des ratios de solvabilité).
  • Création de coussins supplémentaires de capitaux propres avec une hausse en cas d’expansion et une baisse à l’inverse (mesure contra-cyclique).
  • Révision de la couverture de certains risques liés aux dérivés.
  • Mesure contra-cycliques : on oblige à avoir plus d’exigences dans les phases d’expansion et au contraire quand il y a un resserrement de l’économie.

 

Les banques françaises respectent déjà la norme de core tiers 1 depuis 2012 et l’ensemble des ratios depuis 2013. Elles ont une variation en moyenne de trading relativement faible. Mais elles doivent augmenter la part de leurs liquidités et améliorer leurs passifs.

Synthèse de l’exigence de fonds propres de Bâle 3

EN % DES ACTIFS PONDÉRÉS DU RISQUE CORE TIER 1 TIER 1 SUPPLÉMENTAIRES TIER 2 TOTAL FONDS PROPRES
Minimum 4,5 1,5 2 8
Coussin de sécurité 2,5 2,5
Total minimum 7 1,5 2 10,5
Coussin contra-cyclique 0 à 2,5 0 à 2,5
Coussin risque systémique 0 à 5 0 à 5
Total global 7 1,5 à 9 2 10,5 à 18

Capture
La banque respecte bien la législation du secteur et présente des ratios bien supérieurs à ce qui est imposé.

  • L’Autorité Bancaire Européenne (ABE) a publié le 29 juillet 2016 les résultats du test de résistance (« stress test ») mené conjointement avec la Banque Centrale Européenne (BCE). La solidité de BNP Paribas est confirmée par les résultats du Stress Test européen.

Capture

  • La banque planifie d’améliorer ses ratios et sa solidité d’ici 2020.

    V.            Investissements

Capture

  • D’ici 2020, la banque prévoit
    • un taux de croissance de revenus supérieur à 2.5%
    • un taux de distribution de 50%
    • et 3 milliards d’euros de coûts de transformation, notamment pour investir dans le numérique.
    • Tout ceci, pour déboucher à une économie annuelle de 2,7 Mrds d’euro à partir de 2020.
  • La banque effectue des investissements pour 3 ans, sur le court terme, cela pourrait jouer sur le résultat dégagé, mais sur le long terme, elle sera plus avantagée par rapport à ses concurrents et bien adaptée au contexte d’évolution socio-économique et technologique.

VI.            Références :

https://group.bnpparibas/communique-de-presse/groupe-bnp-paribas-resultats-31-decembre-2016

https://investir.lesechos.fr

https://fr.investing.com/equities/bnp-paribas-ratios

 

Analyse réalisée par EVA CARILLET & SKANDER SAYADI

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

w

Connexion à %s